Les autres grottes

Grotte Mayenne-Sciences

Vous êtes ici

Les autres grottesMayennes-Sciences, la Chèvre et René Paul

Envie de vous mettre dans la peau du Préhistorique ? Faites une immersion virtuelle de la grotte Mayenne-Sciences au Musée de Préhistoire et découvrez les représentations exceptionnelles laissées il y a 25 000 ans.

Les amateurs de sensations fortes sont invités quant à eux à explorer le monde souterrain avec la grotte René Paul lors d'une session de spéléologie. 

 

La grotte Mayenne-Sciences

Cette grotte ornée porte le nom de l'association de spéléologues qui l'a découverte en 1967. Elle est accessible par le porche de la Dérouine.

Le décor des panneaux comprend des figures (principalement des chevaux) et des signes tracés au charbon de bois sec ou par gravure qui datent du Gravettien (-25 000 ans). Des traces volontaires de mains et doigts peuvent s’observer.

Des recherches scientifiques, dirigées par Romain Pigeaud (Docteur en Préhistoire) sont menées depuis 1999 et confortent le statut de site préhistorique majeur et unique au nord de la Loire à la grotte Mayenne-Sciences.

Elle est non accessible au public pour des raisons de conservation mais elle est reconstituée virtuellement grâce à un dispositif 3D innovant utilisable dans le musée de Préhistoire.

La grotte de la Chèvre et la Grotte René Paul

La terrasse de la Grotte de la Chèvre a été fouillée par Stéphan Hinguant (archéologue de l'INRAP) de 2007 à 2012. Cette grotte peu profonde à double entrée semble avoir eu une fonction importante pour l’Homme de Cro-Magnon. Deux foyers préhistoriques quasi-permanents ont été retrouvés.

La Grotte Réné-Paul, quant à elle, se développe sur 800 mètres. C'est d'ailleurs la cavité la plus profonde du site du canyon de Saulges. Elle fait le bonheur des spéléologues. Son accès est libre pour les licenciés et l’initiation est possible par des clubs affiliés. 

 

Les autres grottes

22 grottes

On dénombre une vingtaine de grottes dans la vallée. Les entrées, pour certaines, étaient utilisées par l’Homme préhistorique en tant qu’habitat. Le réseau plus profond pouvait abriter des activités plus spirituelles.

Elles constituent aujourd'hui des lieux d'hibernation importants pour plusieurs espèces de chauve-souris.